Présidentielles 2022 : à gauche tous

Ecrit par Jean-Marc Seyler

A propos des Élections Présidentielles en lien avec les Législatives

Travailler pour les gens qui souffrent du capitalisme et pour les classes moyennes, cela doit être vu en termes d’efficacité et il y a urgence à cela.

Il est aussi compréhensible que chaque parti pense à son existence, à son rayonnement et à son renforcement. Les politiques ne sont pas menées de la même manière avec un parti communiste à 20% ou à 2%.

1- Analyse rapide des dernières élections Nationales

Depuis les deux dernières élections notre parti a soutenu la candidature de JL Mélenchon. Le programme qui a été soutenu est, sur beaucoup de points, proche de nos idées (c’est un peu normal, nous avions beaucoup travaillé sur l’élaboration du programme de 2012 qui a été fortement repris en 2017).

En 2012 comme en 2017 le score a été intéressant avec une progression en 2017, Mélenchon a fait 19,6%, il finit 4ème mais il n’est pas qualifié au deuxième tour. Le candidat PS B Hamon a fait 6,36%, Poutou 1,09% et Arthaud 0,64%.

Au deuxième tour, reste E Macron et M Le Pen. Macron l’emporte et mène une politique de droite et favorise les milieux financiers d’entrée de jeu.

Pour les élections législatives, ce qui est important pour le vote des lois, nous conservons notre groupe mais la gauche est affaiblie. Le président dispose d’une majorité à l’assemblée nationale avec LREM, ce qui lui permet de mettre en place ces orientations dont on connait aujourd’hui le coté néfaste pour une majorité de Françaises et Français.

2- La Stratégie

Si on regarde d’un point de vue d’efficacité pour les gens que nous défendons, on peut constater qu’au fil des années, on ne voit pas beaucoup les choses s’améliorer, les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvre et de plus en plus nombreux, les actions en bourse se portent bien (même pendant le Covid) et donc les actionnaires reçoivent toujours plus de dividendes.

Pourtant cela aurait surement pu être autrement. Sans faire des calculs trop raccourcis, il est aisé de constater qu’une volonté d’union au premier tour où de mise en commun des forces de gauche aurait permis de changer les plans et d’être au deuxième tour en position de force.

Ce qui se profile aujourd’hui à gauche semble conduire au même résultat un deuxième tour avec 3 possibles pour la finale : LREM, LR, RN.

Nous partons dans la bataille pour quelle efficacité ?

Sachant qu’avec le système électoral tel qu’il est aujourd’hui et des élections législatives accolées avec la Présidentielle, il y a malheureusement de grande chance que le parti élu trouvera sa majorité pour mettre en place son programme.

3- Le Programme

Avec ce système de Présidentialisme, j’ai mis volontairement la question du programme après la stratégie, parce que je pense que cela en est dépendant.

Nous savons très bien que chaque composante de la gauche n’est pas en osmose sur les programmes de tous. Il y a des différences entre le PS et PC, elles ont eu 100 ans en 2020 notre parti ayant 100 ans depuis la fin d’année 2020.

Cependant, il existe aussi beaucoup de point commun entre toutes ces composantes de gauche. Peut-être qu’à l’issue d’une conférence de ces composantes, cela pourrait déboucher sur un accord de programme et de candidature pour le porter.

Notre proposition de Sécurité Emploi Formation qui serait structurant pour la vie de tous – comme la Sécurité Sociale l’a été et l’ai toujours – ne peut-elle pas être partagé par tous ?

L’exemple des élections américaines et la primaire démocrate qui a conduit Biden a accepté la proposition de Sanders d’augmenter (doubler) le salaire minimum. C’est une victoire pour le peuple. Bien sûr on verra si Biden met vraiment en place.

Une stratégie d’union peut ouvrir des marges importantes pour que chaque composante retrouve de la force à l’assemblée Nationale. L’espoir d’une amélioration de sa vie est porteur de dynamique.

4- La personnalité

Bien que cela ne soit pas forcément le plus important, cela compte tout de même car ensuite il faut mettre en place en s’appuyant sur l’Assemblée Nationale et le Sénat.

Il faut donc une personne qui aura la volonté de mettre en place le programme et j’envie de dire rien que le programme et pas une personne qui reculera devant la pression des lobbys et des milieux financiers.

Il faut qu’elle respecte les engagements et fasse le nécessaire pour leur mise en place. Nous avons été échaudés par le quinquennat F Hollande

A titre personnel, je souhaite que cela soit une femme, cela fait déjà bien trop longtemps que toute la vie politique et aussi dans les entreprises est menée par les hommes.

En tous cas, je ressens le besoin qu’il en soit ainsi.

Dans mes critères, il y a quelques personnalités féminines qui se dégagent : MG Buffet, C Autin, MN Linneman et C Taubira.

J’avoue que le vécu de ces dernières années m’amène à avoir des doutes concernant JL Mélenchon et A Hidalgo (comme sa candidature semble se préciser).

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *